Une règle pour la vie créative – A rule for the creative life

(La vue depuis ma porte d’entrée ce matin.)

(The view from my front door this morning.)

L’autre jour, j’ai lu avec beaucoup d’interêt le billet de Kim Werker sur son blog, où elle explique pourquoi elle démissionne en tant que rédactrice en chef du magazine Interweave Crochet. Une petite phrase m’a fait réfléchir: « Il n’y a pas de règle pour vivre une vie créative ».

Some days ago, I read with a lot of interest Kim Werker’s blog post where she explained why she has decided to quit her job as the editor of Interweave Crochet. A short sentence triggered my own thoughts: « There aren’t any rules about living creatively ».

Bien sûr, on ne peut donner des règles standardisées pour une vie créative – la créativité de chacun est unique, et doit être entretenue et encouragée de façon unique et adaptée. Par contre, plus j’avance et plus je pense que il faut se forger ses propres règles.

Of course, you can’t establish any standard rules which should govern a creative life – every person’s creativity is unique and needs to be nourished and encouraged in a unique way. However, my own experience leads me to think that you need to make your own rules.

Ces derniers mois, j’ai essayé de faire plus que ce qui était réellement possible. Et pour la première fois, j’ai senti que ma créativité en souffrait. D’habitude, j’ai dix nouvelles idées par jour, et le problème, c’est surtout de faire le tri, puisque c’est impossible de les réaliser toutes.

In the past few months, I’ve tried to do more than I really can. And for the very first time, I felt that my creativity suffered from it. Usually, I have ten new ideas everyday and my problem is to decide on which to act, since it’s impossible to do it all.

Mais quand je me suis posée la question: « Et pour le printemps/été, je fais quoi? », deux petites idées se sont présentées, et ensuite – rien. J’entendais presque comment cela resonnait dans le vide dans ma tête.

But when I asked myself: « What are my ideas for spring and summer? », two tiny little ideas trickled out, and then – nothing. I could almost hear the echoes in my empty head.

Il y a des gens qui ne peuvent fonctionner si leur maison n’est pas en ordre, ou s’ils ne font pas de sport. Moi, je ne fonctionne plus quand je n’ai pas d’idées. En surface, tout se passe comme d’habitude, mais au fond de moi, je suis totalement déboussolée.

Some people are lost if their house is a mess, or if they don’t go running often enough. I’m lost when I don’t have any ideas. On the surface, it’s business as usual, but in my heart, I’m totally disoriented.

Un matin, je me regardais dans le miroir de la salle de bain et je me suis posée la question: « Qu’est-ce que je pourrais faire tout de suite, maintenant, pour que ma vie soit meilleure? ». Et je me suis répondue au tac-o-tac: « Faire ce que je veux avec un crochet et du fil pendant une demi-heure par jour. »

One morning I looked at myself in the bathroom mirror, and I asked myself: « What could I do right here and now to make my life better? ». And my answer came immediately: « Do whatever I want with a hook and yarn for half an hour per day ».

En fait, je savais. Je savais tout le temps, mais je ne me suis pas écoutée. Je me suis laissée envahir par les obligations professionnelles et familiales, par mon sentiment de ne pas arriver à sortir ce que j’avais déjà en route suffisamment vite, par la sensation d’être toujours en retard, de ne jamais faire assez.

In fact, I knew, I knew all the time, but I didn’t listen to myself. I let myself get bogged down by work and family obligations, by my feeling that I didn’t crank out things in the pipeline fast enough, by the impression that I was always late and I never did enough.

Une demi-heure par jour – c’est énorme, et ce n’est pas grand-chose. Certains jours, c’est trop, et je n’y arrive pas. Mais plus souvent, je m’accorde ma demi-heure, et j’ai l’impression de jouer. Je m’amuse vraiment. Les idées reviennent, et l’envie grandit.

Half an hour by day – it’s huge, and it’s really nothing. Some days, it’s too much, and I can’t make it. But most of the time, I give these thirty minutes to myself, and I feel like I’m playing. I’m really having fun. The ideas are back, and my desire grows.

Une demi-heure par jour. Pensez-y.

Half an hour per day. Think about it.