Annette Petavy Design – Bulletin avril 2014 – Remplacer un fil

Récemment, j’ai eu une conversation par mail avec Sarah en Suisse. Elle voulait réaliser la veste OXIXO avec un autre fil que celui utilisé dans l’original.

En expliquant à Sarah comment je raisonne pour remplacer un fil par un autre, j’ai eu l’idée de traiter ce sujet dans le bulletin d’information. Donc, allons-y !

D’abord, si vous vous êtes habitué au système américain de catégorisation des fils (fingering, sport, DK, worsted, etc.), il fonctionne relativement bien pour remplacer des fils. Si vous voulez réaliser un accessoire comme un châle, par exemple, et vous remplacez le fil avec un autre dans la même catégorie et avec le même type de fibre (voir ci-dessous), il est fort probable que cette substitution soit réussie. Mais tout le monde n’utilise pas ce système, et en tout état de cause, il faut souvent être plus précis. On peut aussi avoir envie de comprendre pourquoi on a plus ou moins bien réussi la substitution de fil dans un projet déjà réalisé.

Un système courant en France est de désigner la grosseur de fil par l’aiguille avec laquelle ce fil est censé se tricoter. On parle d’un fil qui se tricote en 3 ou 4 1/2, par exemple. C’est un système que je trouve beaucoup trop imprécis, et qui peut parfois même amener des résultats désastreux. Je vous propose de le remplacer par les approches indiquées ci-dessous.

Rapport métrage/poids

La première chose que je regarde est le rapport métrage/poids. Le fil est généralement conditionné en pelotes ou écheveaux de 50 ou 100 g. Pour chaque pelote, le métrage est indiqué. Cela peut être quelque chose comme 85 m pour 50 g (ce qu’on appellerait typiquement « worsted » dans le classement américain) ou 400 m pour 100 g en ce qui concerne un fil fin ou fingering (« layette » ou « chaussette »). En général, pour remplacer un fil, vous allez rechercher un autre avec un rapport métrage/poids comparable à celui utilisé dans les explications.

Ceci ne veut pas nécessairement que vous allez utiliser un fil conditionné dans les même quantités. Dans la fiche explicative, la créatrice a pu utiliser un fil en pelotes de 50 g, tandis que vous voulez utiliser un fil en pelotes de 25 g ou écheveaux de 100 ou 250 g. Le nombre de pelotes n’est pas intéressant dans ce cas de figure. Pour vérifier si un autre fil a le même rapport métrage/poids (ou presque) que celui utilisé dans le modèle, commencez par calculer ce rapport pour le fil indiqué dans les explications.

Nous allons supposer que c’est un fil chaussette à 180 m aux 50 g.  180/50 = 3,6. Dans votre stock, vous avez déjà un joli fil à 400 m aux 100 g. 400/100 = 4.

Est-ce suffisamment similaire ?

Nous nous sentirons plus sûrs avec un complément d’information. On peut l’obtenir avec l’échantillon indiqué sur l’étiquette.

Échantillon indicatif

Sur l’étiquette de chaque pelote ou écheveau (ou sur le site web du vendeur), vous trouverez très probablement un échantillon indicatif. C’est presque toujours un échantillon pour 10 cm de jersey au tricot, utilisant la taille d’aiguilles indiquée sur l’étiquette. C’est censé être un échantillon « normal » pour un tricoteur « normal » avec ce fil et le nombre d’aiguille indiqué. La « normalité » est un concept étrange quand il s’agit de tricot main, mais tant pis, c’est tout de même un indice.

Cet échantillon n’a pas toujours un lien direct avec le rapport métrage/poids dont on vient de parler. Suivant la matière et la façon dont le fil est filé, deux fils avec des rapports métrage/poids similaires peuvent dans certains cas avoir des échantillons indicatifs très différents. C’est pour cette raison qu’il est important d’ajouter ce point de comparaison pour remplacer notre fil.

Dans notre exemple, il se peut que l’échantillon indicatif pour les deux fils soit 28 m = 10 cm. Dans ce cas, si la matière utilisée dans les deux fils est similaire (voir ci-dessous), vous pouvez partir du principe que le remplacement a de bonnes chances à réussir, et que la taille et la forme de votre projet fini seront proches de la taille et la forme du modèle d’origine. Si, dans le même exemple, l’échantillon indicatif pour l’un des fils est à 26 m pour 10 cm, et pour l’autre à 30 m pour 10 cm, il va falloir juger de l’importance de la différence par rapport au projet choisi. S’il s’agit d’un châle ou d’une écharpe, ou peut-être d’une veste à porter avec beaucoup d’aisance, cela peut très bien fonctionner, surtout si vous vérifiez bien votre échantillon personnel avant de commencer et l’adaptez si nécessaire. Par contre, si vous vous apprêtez à réaliser un vêtement ajusté, il serait probablement plus sûr d’acheter d’abord une pelote et faire un échantillon dans les règles de l’art, avant d’acheter du fil pour une robe complète.

Matière

Quand on remplace un fil par un autre, il est aussi très important de tenir compte de la matière utilisée dans chacun des fils. C’est souvent une question qui concerne moins la possibilité d’obtenir un échantillon qui correspond à celui indique, que l’aspect et la façon dont votre projet terminé va évoluer quand il sera utilisé.

D’abord, le caractère plus ou moins duveteux (ou « poilu ») d’un fil joue un rôle important. Cela est très net dans l’exemple du mohair très fin. Beaucoup de fils de mohair sont filés très finement, à environ 1000 m aux 100 g, et sont vendus dans des pelotes de 25 g qui contiennent 200—250 mètres de fil. C’est aussi fin, voir plus, que beaucoup de fils type « dentelle » – mais le mohair se comportera très différemment par rapport à un fil lisse.

Il va falloir travailler le mohair avec un crochet ou des aiguilles nettement plus gros pour laisser les fibres « respirer ». Les poils du fil rempliront tout de même les espaces entre et dans les mailles, et le rendu sera celui d’un travail « plein » même si le fil est travaillé de manière très lâche.

Quand j’ai commencé le crochetage de mon châle Buttercream Shawl, publié dans le numéro de printemps 2014 du magazine américain Interweave Crochet, j’ai constaté une erreur de commande. J’avais reçu un fil mohair nettement plus épais que prévu. J’ai tout de même essayé de le travailler avec la taille de crochet que j’avais prévu pour le modèle. Le fil doux et beau que j’avais reçu s’est transformé en un échantillon terne et raide avec un aspect presque feutré. C’est important de laisser les fils duveteux « respirer » ! (Et oui, j’ai demandé un autre fil pour mon châle, et j’ai reçu un très beau fil mohair très fin à la place).

Une autre fibre qui, suivant le filage, peut être assez duveteuse et remplir des espaces est l’alpaga. Quand j’ai fait une version hiver du modèle très populaire Brise d’Été, avec un fil en alpaga, j’ai trouvé qu’il me fallait un crochet deux tailles au-dessus de celui utilisé pour le bambou dentelle de la version originale.

Le rapport métrage/poids pour l’alpaga était de 275m/50g = 5,5, et pour le bambou, 300m/50g = 6. La différence n’est pas énorme. On aurait pu s’attendre à un bon résultat avec le même crochet, ou seulement une taille au-dessus, mais les poils de l’alpaga avaient besoin de place pour respirer.

À part le côté plus ou moins « poilu » du fil, la matière est aussi importante du point de vue de l’élasticité et de la « mémoire » du projet terminé.

La laine donne en général un fil assez élastique qui a aussi une bonne « mémoire ». Cela veut dire que, après avoir été porté et/ou lavé, le projet terminé retournera le plus souvent vers la forme à laquelle il a été crocheté ou tricoté.

L’alpaga, le bambou et la soie sont des matières qui ont peu ou pas de mémoire du tout (dans le cas de l’alpaga, les méthodes de filage peuvent pas mal influencer sur ce trait de caractère). Ces fils seront magnifiquement fluides, avec un beau tomber, mais une fois qu’ils auront été étirés ils ne reviendront pas très facilement vers leur forme initiale.

Par exemple, si vous choisissez la fiche des Mitaines printanières et décidez de faire vos mitaines dans un fil de bambou doux et lisse, vous risquez d’être déçue, même avec un fil bambou avec le bon métrage et le bon échantillon. Une mitaine doit être bien ajustée autour du poignet et de la main. Les côtes autour du poignet doivent s’étirer pour passer par-dessus la main quand on enfile la mitaine, et la partie principale de la mitaine doit s’étirer en fonction des mouvements de vos mains. Crochetées dans un fil qui est peu élastique, presque sans mémoire, vos mitaines risquent bientôt d’être trop étirées et ne plus épouser la forme de vos mains. 

Donc, si vous voulez remplacer un fil, essayez d’utiliser un fil dans une matière similaire au fil de la version originale.

Remplacer par quelque chose de différent

Jusque là, je suis partie du principe que vous voulez utiliser un fil aussi proche que possible de celui dans le modèle d’origine. Mais le monde du fil serait un endroit bien triste si on ne faisait que reproduire les choses quasiment à l’identique. Parfois, c’est ce qu’on veut, mais d’autres fois, on veut faire quelque chose de différent.

Pour s’amuser dans ce domaine, les accessoires non ajustés, tels que les châles ou les écharpes, sont de bons terrains de jeux. J’ai vu de très belle versions de l’étole Organic crochetées dans des fils type dentelle. Dans l’une, la crocheteuse a utilisé le même crochet que dans l’original, mais avec un fil beaucoup plus fin, en ajoutant des répétitions pour élargir l’étole comme indiqué dans les explications. Le resultat est sublime et aérien. Dans l’autre, l’une de mes clientes lyonnaises avait choisi le fil London, travaillé avec un crochet plus petit. Cela a donné une écharpe délicate en laine et soie, avec un aspect presque tissé.

Vous pouvez aussi, bien sûr, utiliser des fil plus épais que dans la version originale. Pour un châle ou une écharpe, n’oubliez pas d’utiliser un crochet plus gros, pour conserver un beau tomber. 

Avez-vous des questions ou des commentaires au sujet de la substitution des fils ? N’hésitez pas à en parler dans les commentaires ci-dessous !

À bientôt !

signature

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.