3 types de mailles lisières au tricot

Ah, les mailles lisières, vaste débat !

Comme souvent, il n’y a pas de vérité universelle, juste des situations différentes et des préférences personnelles.

Toutefois, il peut être intéressant d’avoir quelques exemples concrets sur comment traiter la première et la dernière maille de chaque rang.

1 : « Je ne fais pas de lisière » – lisière en jersey

Les personnes qui ont la chance (ou la dextérité nécessaire) d’exécuter la première et la dernière maille de chaque rang avec la même tension que les autres, disent parfois qu’elles ne font pas de lisière, car elles tricotent simplement la première et la dernière maille du rang à l’endroit sur l’endroit et à l’envers sur l’envers.

De mon point de vue, il s’agit bien d’une lisière – en jersey endroit.

Puisqu’on tricote les mailles du bord à chaque rang, c’est assez facile de compter les rangs et relever des mailles proprement, si le modèle le demande.

Comme tout jersey endroit, cette lisière a tendance de rouler vers l’envers du tricot. Cela peut être à la fois un avantage et un inconvénient !

Une lisière qui « roule » peut compliquer la couture pour assembler deux pièces – mais si on maîtrise cette tendance par le blocage ou autrement, et la lisière est bien « propre », on peut assez aisément faire une couture invisible de l’endroit.

Quand le bord reste visible dans la pièce finie, en laissant rouler la maille vers l’envers, on obtient une finition très nette de l’endroit, à condition de ne pas chercher à « dérouler » la maille au moment du blocage.

2 : La lisière en point mousse

Faire une lisière en point mousse est facile – on tricote toujours la première et la dernière maille de chaque rang à l’endroit.

Puisque le point mousse a toujours tendance à « monter moins vite », c’est-à-dire resserrer le tricot dans le sens de la hauteur, une lisière en point mousse va resserrer le bord de l’ouvrage. C’est très utile si vos premières et dernières mailles ont tendance à être plus lâches que les autres (mais bien sûr à éviter dans le cas contraire).

Là encore, on tricote les mailles du bord à chaque rang, ce qui pour beaucoup d’entre nous rend la couture et le relevage des mailles plus facile.

La lisière en point mousse crée une rangée de petites « bosses » au bord du tricot. On aime ou on n’aime pas !

3 : Les lisières à mailles glissées

Pour ces lisières, il y a tant de variations que je ne vais même pas essayer de les dénombrer !

J’en ai échantillonné deux :

a) Tricoter 1ère m à l’end, glisser la dernière m de chaque rg avec le fil devant en prenant la m comme pour la tricoter à l’envers.

b) Sur l’endroit : glisser la 1ère m comme pour la tricoter à l’end avec le fil derrière, tricoter la dernière à l’end. Sur l’envers : glisser la 1ère m comme pour la tricoter à l’env avec le fil devant, tricoter la dernière à l’env.

Pour moi, le résultat est très semblable dans ces deux cas. On peut imaginer plein d’autres de façons de créer ce type de lisière, en tricotant la maille de manière classique ou torse (à l’endroit ou à l’envers).

Dans toutes les variations, après deux rangs, on a glissé chacune des mailles lisières une fois et tricoté la même maille une fois.

On glisse donc les mailles du bord un rang sur deux, ce qui crée une sorte de bord chaînette, qui a souvent tendance à rouler vers l’arrière mais qui peut être ramené à plat avec le blocage.

Le bord ne nécessite pas d’autre finition, la lisière est décorative en elle-même. Cela peut être une excellente option pour les bords des châles, par exemple.

Par contre, je trouve plus compliqué de réaliser une couture propre et de relever des mailles dans ce type de lisière. On n’a tricoté qu’un rang sur deux, et la maille glissée est souvent assez lâche. Pour relever 3 mailles dans 4 rangs (relever 1 maille dans chacun de 3 rangs et sauter le 4ème), on se retrouve à relever 2 mailles dans la même maille glissée, ce qui me pose toujours problème.

Comment choisir ?

Si les explications du modèle que vous tricotez indique un traitement spécifique des mailles lisières, et que le rendu vous convient, il n’y a pas de raison de changer !

Par contre, il est possible que le rendu ne vous convient pas – peut-être simplement parce que vous ne tricotez pas exactement comme la personne qui a créé le modèle.

Comme vous pouvez le voir dans mes échantillons ci-dessus, je n’ai pas encore trouvé la bonne méthode pour que la maille juste après ou avant la lisière de type « chaînette » soit bien régulière. Je fais donc très souvent une lisière en point mousse, tout simplement parce que pour moi, le rendu est plus net.

Peut-être vos lisières chaînettes sont impeccables, mais vous tricotez un gilet et vous devez relever des mailles pour des bandes de boutonnage sur les devants. Vous pouvez décider de tricoter ces mailles lisières en jersey ou en point mousse quoi que disent les explications, pour vous faciliter la finition.

Comme toujours, bien connaître sa propre façon de tricoter et comprendre le fonctionnement des différents types de lisières permet de faire des choix éclairés !

Stage d’initiation au tricot mosaïque le 21 mai 2022 à Caluire (69)

Connaissez-vous le tricot mosaïque ? C’est une technique basée sur les mailles glissées, qui permet d’obtenir un dessin bicolore en tricotant chaque rang avec seulement un fil.

Je vous propose un stage d’initiation à cette technique – après cette journée elle n’aura plus de secret pour vous !

Date et lieu : le samedi 21 mai 2022 à Caluire (69).

Coton & sequins – l’été sera brillant !

Mettez des paillettes dans votre vie avec ce tout nouveau fil, Coton & sequins !

En huit coloris qui égayeront votre été, ce fil peut être utilisé seul ou avec un autre – parmi les fils de la boutique, le Puno, la Whirl et la Whirlette l’accompagnent parfaitement bien.

Que ce soit au tricot ou au crochet, les petites paillettes passent étonnamment bien dans les mains. Si vous voulez tester vous-même, profitez de ce weekend (jusqu’à dimanche 1er mai 2022 à minuit) pour passer une commande de produits physiques (donc à envoyer par La Poste ou Mondial Relay). Je glisserai un peloton test de Coton et sequins dans votre colis !

En attendant des modèles conçus spécifiquement pour le fil Coton & sequins, je vous propose de décliner des modèles déjà présents dans la boutique pour découvrir ce fil.

Au crochet, vous pouvez faire le châle Chemins croisés avec une pelote de Whirl en y ajoutant une pelote de Coton & sequins pour la petite bordure de finition – une touche brillante assez discrète, mais qui fera son effet !

Au tricot, pourquoi pas un petit accessoire d’été très glamour, avec le Mum’s Wrap tricoté avec 4 pelotes de Coton & sequins, et des glands de tapisserie à la place des pompons ?

Les mailles lisières – c’est quoi ???

Mais c’est quoi les mailles lisières ?

Les mailles lisières sont simplement les premières et dernières mailles d’un rang au tricot ou au crochet.

On peut avoir 1, 2 ou 3 mailles lisières au début et à la fin d’un rang. Ici on va partir du principe qu’il s’agit d’1 maille (pour simplifier l’écriture).

Pourquoi ces mailles sont particulières ?

  • Si vous réalisez un projet en plusieurs pièces, qu’il va falloir assembler, la maille lisière fait office de marge de couture. Cela veut dire qu’elle est « en plus » des mailles nécessaires pour par exemple obtenir une certaine largeur.
    Il faut vérifier dans vos explications si elles sont comprises dans le décompte des mailles – normalement, c’est le cas.
  • Une maille au tout début ou à la fin d’un rang se comporte souvent différemment des autres mailles.
    • Au tricot, cette maille qui n’est pas entourée de part et d’autres est souvent un peu plus lâche que les autres, ou simplement un peu plus tordue.
    • Au crochet, les mailles en début du rang sont très, très souvent plus serrées que celles qui suivent.

Faut-il traiter les mailles lisières de manière spécifique ?

Au tricot, ça dépend.

Je connais des tricoteuses qui ne font rien de particulier avec leurs mailles lisières, et qui obtiennent tout de même des bords bien droit.

Cependant, la plupart des tricoteuses ont besoin de gérer les mailles lisières de manière spécifique pour éviter qu’elles ne soient trop lâches.

On peut par exemple toujours tricoter cette maille à l’endroit, pour une lisière en point mousse.
On peut systématiquement glisser la première ou la dernière maille du rang, pour un aspect « chaînette » et un bord plus ferme.

Il y a plusieurs méthodes, et souvent les explications vont vous proposer un traitement donné pour les mailles lisières. Essayez, et jugez vous-même du résultat ! Chacun tricote d’une manière très personnelle – ce n’est peut-être pas la méthode recommandée dans les explications qui vous convient le mieux !

Pensez aussi à la fonction de la lisière : va-t-on coudre des pièces ensemble, relever des mailles, ou s’agit-il simplement de laisser le bord apparent ?

Au crochet, on est obligé de gérer sa lisière.

Pour commencer un rang de crochet, le crochet doit se trouver à la hauteur de la première maille – il faut l’y transporter d’une manière ou une autre !

Il existe de très nombreuses méthodes, du plus classique au plus innovant, du tout simple au plus complexe.

Je reviendrai au sujet, bien sûr !

Et vous, comment faites-vous avec vos mailles lisières ?