Point brioche au crochet : motifs de base – Tutoriel 1/2021

Les jolies colonnes alignées, c’est bien, mais on peut aussi produire d’autres dessins au point brioche !

Dans le tuto précédent, je vous ai montré les bases du point brioche au crochet. Je vous ai présenté deux méthodes (l’une avec arceaux, l’autre sur fond de mailles serrées). Ci-dessous, j’utiliserai la méthode sur fond de mailles serrées. Pour les instructions du point de base, je vous propose donc de vous référer à la deuxième partie du tuto précédent.

J’ai opté pour le fond en mailles serrées car il me semblait que cette version du point brioche minimisait le défaut majeur que je trouvais à la technique, à savoir l’épaisseur du résultat. Dans la même logique, j’ai opté pour un fil en coton, moins gonflant. J’avais déjà fait un échantillon avec mon coton bio (180m/50g), qui m’avait semblé prometteur.

Cette fois-ci, j’ai utilisé le fil Whirlette (455g/100g) et un crochet de 3 mm – un vrai bonheur ! Mes hésitations sont balayées. Avec un fil fin en coton et un crochet adapté, on obtient un résultat très intéressant avec cette technique. Inspirée de nouveau, j’ai commencé à chercher comment varier le point.

Dans ce tutoriel je vous présente deux motifs de base pour commencer à dessiner des points. Pour la prochaine fois, je réfléchirai sur comment les agencer – et peut-être que d’ici là, vous aurez trouvé vos propres dessins à partir de mes idées !

Pour « dessiner » des motifs autres que le point brioche de base, les mailles doivent enjamber les colonnes. Elles doivent donc être plus longues. Par conséquent, pour enjamber mes colonnes composées de dblebrRav, j’utilise des triple brides relief, triplebrRav.

Pour faire une triple bride, faire 3 jetés, insérer votre crochet dans l’espace indiqué (ici il s’agira de mailles relief, où le crochet passe derrière une autre maille), ramener le fil (vous avez 5 boucles sur le crochet), rép (1 jeté, écouler 2 boucles) quatre fois.

En dessinant les motifs, il est facile de se perdre dans les mailles. N’hésitez pas à compter les mailles après chaque rang pour vous assurer de n’en avoir ni ajouté, ni enlevé du nombre initial.

Ouverture

Ce motif et le suivant sont des motifs centrés sur une colonne de mailles. Il faut donc d’abord décider quelle colonne de mailles sera au centre de votre motif. Ici, je vais dessiner un motif bleu sur un fond rose, en centrant mon motif sur la colonne A. Mon motif implique trois colonnes (toutes bleues) : A, A-1 et A+1

Les instructions ne concernent que ces trois colonnes – pour le reste, le point se crochète comme expliqué auparavant.

Rg 1 : Crocheter en point brioche de base jusqu’à la colonne A-1, dans la colonne A-1 faire (1 dblebrRav + 1 triplebrRav rab ens en piquant la dblebrRav dans la colonne A-1 et la triplebrRav dans la colonne A), 1 ms dans chacune des 3 m suiv, dans la colonne A+1 faire (1 triplebrRav + 1 dblebrRav rab ens en piquant la triplebrRav dans la colonne A et la dblebrRav dans la colonne A+1), terminer le rg en point brioche de base.

Rg 2 : 1 ml, 1 ms dans chaque m jusqu’à la fin du rg, en changeant de coloris dans la dernière m.

Les dblebrRav en bleu sont à faire en passant sous les triplebrRav deux rangs en-dessous.

Rg 3 : Crocheter en point brioche de base jusqu’à avoir fait une ms dans la colonne A-1, 1 dblebrRav autour de la m relief suiv du même coloris quatre rgs en-dessous en passant sous la triplebrRav deux rangs en-dessous, 1 ms dans la m suiv, 1 dblebrRav autour de la m relief suiv du même coloris quatre rgs en-dessous en passant sous la triplebrRav deux rangs en-dessous, terminer le rg en point brioche de base.

Rg 4 : Comme le rg 2.

Pour rétablir le point sur le rang suivant je propose de procéder comme suit :

Rg 5 : Crocheter en point brioche de base jusqu’à la colonne A-1, dans la colonne A-1 faire 1 dblebrRav autour des m rab ens quatre rgs en dessous, 1 ms dans la m suiv, 1 dblebrRav autour de la ms de même couleur quatre rgs en dessous (dans la colonne A), 1 ms dans la m suiv, 1 dblebrRav autour des m rab ens quatre rgs en dessous, terminer le rg en point brioche de base.

Rg 6 : Comme le rg 2.

Fermeture

Comme pour le motif précédent, déterminer la colonne A qui sera au centre du motif.

Rg 1 : Crocheter en point brioche de base jusqu’à la colonne A, dans la colonne A faire 2 triplebrRav rab ens en piquant le crochet d’abord dans la colonne A-1 et ensuite dans la colonne A+1, terminer le rg en point crochet brioche de base.

Rg 2 : 1 ml, 1 ms dans chaque m jusqu’à la fin du rg, en changeant de coloris dans la dernière m.

Les dblebrRav en bleu sont à faire en passant sous les triplebrRav rab ens
deux rangs en-dessous.

Rg 3 : Crocheter en point brioche de base jusqu’à avoir fait une ms dans la colonne A-1, 1 dblebrRav autour de la m relief suiv du même coloris quatre rgs en-dessous en passant sous la première des triplebrRav rab ens deux rangs en-dessous, 1 ms dans la m suiv, 1 dblebrRav autour de la m relief suiv du même coloris quatre rgs en-dessous en passant sous la deuxième des triplebrRav rab ens deux rangs en-dessous, terminer le rg en point brioche de base.

Rg 4 : Comme le rg 2.

Rg 5 : Crocheter en point brioche de base jusqu’à la colonne A, dans la colonne A faire 1 dblebrRav autour des triplebrRav rab ens quatre rgs en dessous, terminer le rg en point brioche de base.

Rg 6 : Comme le rg 2.

Le point est rétabli, vous pouvez continuer en point brioche de base.

Pour la prochaine fois, je vais essayer de combiner ces deux motifs de différentes manières !

Si, en attendant, vous faites vos propres tests, n’hésitez pas à en parler dans les commentaires ci-dessous !

Les échantillons ont été crochetés avec le fil Whirlette et un crochet de 3 mm.

À bientôt !

Point brioche au crochet : les bases – Tutoriel octobre 2020

Le point brioche au tricot correspond à une version bien spécifique des côtes anglaises. Mais qu’est-ce que le point brioche au crochet ?

Et bien, comme d’habitude, la terminologie du crochet n’est pas toujours très précise. On trouve sous la dénomination de point brioche au crochet différents types de points, construits de manières très différentes.

Toutefois, suite notamment aux explorations de la créatrice Lilla Björn, ou Tatsiana Kupryianchyk, la technique la plus souvent utilisée sous le nom du point brioche au crochet est une technique basée sur des mailles relief.

Tatsiana dit elle-même qu’elle a surtout cherché à recréer l’aspect visuel du point brioche bicolore au crochet. J’y ajouterai que sa technique y ressemble aussi par sa construction – on crée des rayures verticales en travaillant à l’horizontal.

En ce qui concerne le caractère du résultat obtenu, il ressemble au point tricoté de certains points de vue, mais pas pour tout.

Le point brioche au tricot donne un résultat très gonflant et épais – c’est vrai aussi pour la version crochetée. En réalité, ce point brioche au crochet forme deux couches de mailles relief – si vous utilisez un fil un peu épais et bien gonflant, comme je l’ai fait pour mes échantillons, vous obtiendrez quelque chose de très, très épais ! Tatsiana recommande des fils fins pour cette technique – je vous donne mon point de vue en fin d’article.

Par contre, le point brioche au tricot est extrêmement élastique et extensible, et c’est beaucoup moins vrai pour la version au crochet. Dans ces premiers modèles, datant de 2017, Tatsiana a essayé d’assouplir le résultat en utilisant un système d’arceaux. C’est également le cas dans d’autres exemples de modèles utilisant la même technique (dont certains datent de 2015 et 2016, donc avant les explorations de Tatsiana).

Le point brioche au crochet peut aussi se faire sur une base de mailles serrées. C’est vrai que le résultat est un peu plus ferme, mais la taille de votre crochet et le fil utilisé jouent aussi sur le résultat final.

Ci-dessous, j’explique d’abord la technique avec arceaux et ensuite la variante avec des mailles serrées. Je vous propose d’essayer les deux et, si vous le souhaitez, utiliser celle que vous trouvez le plus facile, ou qui est le plus adapté à votre projet.

Quelques remarques importantes par rapport aux explications :

Vous avez besoin de deux couleurs de fil différentes (mais de la même grosseur), et d’un crochet adapté au fil.

La maille en l’air en début du rang ne compte pas pour une maille.

Les mailles relief comptent pour une maille dans le rang – il faut donc sauter la maille du rang précédent située derrière la maille relief.

La technique correspond à des rayures de deux rangs (même si cela n’en a pas l’air !). Les changements de couleurs se font dans la dernière maille du rang précédant le premier rang du nouveau coloris. Pour plus de détails sur le changement net de couleur, n’hésitez pas à consulter mon tuto de janvier 2018.

On y va !

Le point se fait sur un nombre impair de mailles, avec une maille lisière en début et en fin du rang.

Avec col A faire un nombre pair de mailles en l’air (y compris 1 ml pour tourner).

Rg 1 : 1 demi-br dans la 2ème ml à partir du crochet, 1 demi-br dans chaque m jusqu’à la fin du rg.

Rg 2 : 1 ml, 1 ms dans chaque m jusqu’à la fin du rg.

Rg 3 (les m relief de ce rang sont faites autour des mailles deux rangs en-dessous = rg 1) : 1 ml, 1 ms dans la première m, 1 brRav autour de la 2ème demi-br du rg 1, * 2 ml, sauter 1 demi-br dans le rg 1, 1 brRav autour de la demi-br suiv ; rép depuis * jusqu’à avoir 1 m à la fin du rg, 1 ms dans la dernière m.

Voici comment il faut insérer le crochet pour faire la première maille relief :

Rg 4 : 1 ml, 1 ms dans chacune des 2 premières m, *2 ml, sauter l’arceau, 1 ms dans la m suiv ; rép depuis * jusqu’à avoir 1 m à la fin du rg, 1 ms dans la dernière m, en changeant de coloris dans la dernière m.

Résultat après le rg 4 :

Rg 5 (avec col B – les m relief de ce rang sont faites autour de mailles laissées libres quatre rangs en-dessous = rg 1) : 1 ml, 1 ms dans la première m, 2 ml, 1 DblebrRav autour de la 3ème demi-br du rg 1, * 2 ml, sauter 1 demi-br dans le rg 1, 1 DblebrRav autour de la demi-br suiv ; rép depuis * jusqu’à avoir 2 m à la fin du rg, 2 ml, 1 ms dans la dernière m.

Rg 6 : 1 ml, 1 ms dans la première m, * 2 ml, sauter l’arceau, 1 ms dans la m suiv ; rép depuis * jusqu’à la fin du rg, en changeant de coloris dans la dernière m.

Rg 7 (avec col A – les m relief de ce rang sont faites autour de mailles du même coloris quatre rangs en-dessous) : 1 ml, 1 ms dans la première m, 1 DblebrRav autour de la première m relief du même coloris quatre rgs en-dessous, *2 ml, 1 DblebrRav autour de la m relief suiv du même coloris quatre rgs en-desssous ; rép depuis * jusqu’à avoir 1 m à la fin du rg, 1 ms dans la dernière m.

Rg 8 : 1 ml, 1 ms dans chacune des 2 premières m, *2 ml, sauter l’arceau, 1 ms dans la m suiv ; rép depuis * jusqu’à avoir 1 m à la fin du rg, 1 ms dans la dernière m, en changeant de coloris dans la dernière m.

Rg 9 (avec col B – les m relief de ce rang sont faites autour de mailles du même coloris quatre rangs en-dessous) : 1 ml, 1 ms dans la première m, 2 ml, 1 DblebrRav autour de la première m relief du même coloris quatre rgs en-dessous, *2 ml, 1 DblebrRav autour de la m relief suiv du même coloris quatre rgs en-desssous ; rép depuis * jusqu’à avoir 2 m à la fin du rg, 2 ml, 1 ms dans la dernière m.

Rg 10 : 1 ml, 1 ms dans la première m, * 2 ml, sauter l’arceau, 1 ms dans la m suiv ; rép depuis * jusqu’à la fin du rg, en changeant de coloris dans la dernière m.

Répéter les rgs 7 à 10.

Comme expliqué précédemment, on peut aussi crocheter le même point, mais remplacer les arceaux de ml par des ms dans le rang en-dessous. Le résultat est une superposition de mailles relief sur une base de mailles serrées.

Pour bien placer les mailles serrées, n’oubliez pas de compter la maille relief comme une maille du rang et donc de sauter la maille du rang précédent qui se trouve derrière elle.

Voici comment procéder :

Les deux premiers rangs se font de la même manière, à savoir :

Rg 1 : 1 demi-br dans la 2ème ml à partir du crochet, 1 demi-br dans chaque m jusqu’à la fin du rg.

Rg 2 : 1 ml, 1 ms dans chaque m jusqu’à la fin du rg.

Rg 3 (les m relief de ce rang sont faites autour des mailles deux rangs en-dessous = rg 1) : 1 ml, 1 ms dans la première m, 1 brRav autour de la 2ème demi-br du rg 1, * 1 ms dans la ms suiv, sauter 1 demi-br dans le rg 1, 1 brRav autour de la demi-br suiv ; rép depuis * jusqu’à avoir 1 m à la fin du rg, 1 ms dans la dernière m.

Rg 4 : 1 ml, 1 ms dans chaque m jusqu’à la fin du rg, en changeant de coloris dans la dernière m.

Rg 5 (avec col B – les m relief de ce rang sont faites autour de mailles laissées libres quatre rangs en-dessous = rg 1) : 1 ml, 1 ms dans chacune des deux premières m, 1 DblebrRav autour de la 3ème demi-br du rg 1, * 1 ms dans la m suiv, sauter 1 demi-br dans le rg 1, 1 DblebrRav autour de la demi-br suiv ; rép depuis * jusqu’à avoir 2 m à la fin du rg, 1 ms dans chacune des deux dernières m.

Rg 6 : comme le rg 4.

Rg 7 (avec col A – les m relief de ce rang sont faites autour de mailles du même coloris quatre rangs en-dessous) : 1 ml, 1 ms dans la première m, 1 DblebrRav autour de la première m relief du même coloris quatre rgs en-dessous, *1 ms dans la m suiv, 1 DblebrRav autour de la m relief suiv du même coloris quatre rgs en-desssous ; rép depuis * jusqu’à avoir 1 m à la fin du rg, 1 ms dans la dernière m.

Rg 8 : comme le rg 4.

Rg 9 (avec col B – les m relief de ce rang sont faites autour de mailles du même coloris quatre rangs en-dessous) : 1 ml, 1 ms dans les deux premières m, 1 DblebrRav autour de la première m relief du même coloris quatre rgs en-dessous, *1 ms dans la m suiv, 1 DblebrRav autour de la m relief suiv du même coloris quatre rgs en-desssous ; rép depuis * jusqu’à avoir 2 m à la fin du rg, 1 ms dans chacune des deux dernières m.

Rg 10 : comme le rg 4.

Répéter les rangs 7 à 10.

On a donc deux échantillon, assez semblables vus du devant :

Maintenant, tournons nos deux échantillons pour regarder leur dos !

À gauche, dans l’échantillon avec les arceaux, les différentes « couches » de mailles se superposent très clairement. Les couches sont fixées entre elles uniquement par les mailles lisières et les mailles relief. Sinon, elles peuvent bouger, ce qui donne un résultat assez malléable, notamment en diagonale. Cette superposition « libre » des couches donne aussi un côté ultra moelleux à cet échantillon.

À droite, on n’est pas très loin de l’aspect d’une rayure bicolore en mailles serrées sur deux rangs. Le dos du travail se présente comme un travail à plat, sans ouvertures. Le résultat est un peu plus ferme et garde bien sa forme. C’est un peu moins moelleux, mais aussi moins épais – ce qui n’est pas forcément un inconvénient, surtout en crochetant avec un fil de grosseur moyenne assez gonflant (ici, le mérinos bio 110).

Les deux résultats sont intéressants et pourront donner des projets très satisfaisants – par exemple un col très douillet pour la technique en arceaux, et un sac pour la technique en mailles serrées.

Par contre, il y a un paramètre à maîtriser ici, et c’est l’épaisseur. Ces deux échantillons en mérinos bio 110, crochetés en 5,5 mm sont vraiment très épais – à un point qui pourrait limiter leur utilisation.

J’ai aussi essayé de faire le point brioche au crochet avec le mérinos fin. Le résultat est bien sûr moins épais, mais reste assez imposant par rapport à la grosseur du fil, surtout en utilisant la technique en arceaux.

Pour maîtriser l’épaisseur du résultat, il est bien sûr important de gérer la grosseur du fil, mais sa matière joue aussi un rôle. L’échantillon ci-dessus est crocheté avec la technique en mailles serrées en utilisant du coton bio, et son rendu est tout à fait intéressant. Il y a bien sûr toujours la superposition des mailles relief sur le fond en mailles serrées, mais le coton « gonfle » beaucoup moins que la laine. Ici, cela donne un résultat moelleux sans trop d’épaisseur. Je peux imaginer de nombreuses utilisations de ce point en coton.

Mais bien sûr, le point brioche au crochet n’est pas seulement le moyen de produire des lignes verticales bien droites – la prochaine fois, nous verrons quelques propositions pour varier le dessin.

À bientôt !

Mailles relief et mailles serrées

Suite à mon dernier tuto sur les principes de base des mailles relief, on m’a demandé si cela fonctionnait aussi pour les mailles serrées. La réponse courte est « oui » – mais cette question mérite, à mon avis, une réponse plus longue, et plus réfléchie.

Voici donc mes idées autour des mailles serrées dans le contexte des mailles relief, dans différentes situations.

La maille serrée sert de base pour une maille relief.

Dans ce cas, il est très important de savoir comment on insère son crochet pour travailler autour du « corps » de cette maille trapue !

Quelque soit le type de la maille relief – une maille relief avant (mRav) ou une maille relief arrière (mRarr), les espaces où va passer le crochet sont les mêmes : A et B. À gauche, vous voyez l’endroit de la maille du rang précédent (comme quand on travaille en rond), à droite vous voyez l’envers (comme quand on travaille en aller-retours).

Pour faire une maille relief dans une maille serrée, vous insérez votre crochet juste sous la tête de la maille (le « V » vu de dessus), et vous le ressortez de l’autre côté de la maille, juste sous la tête de la maille suivante. Dans la photo ci-dessus, je montre comment passe le crochet en faisant un maille relief avant (voir le tuto sur les principes de base) autour d’une maille serrée sur l’endroit.

Comme d’habitude, la photo du chemin du crochet pour la maille relief arrière est moins parlante, mais voici ce que vous pourrez voir en basculant le travail vers vous.

L’aspect de la maille autour de laquelle on passe son crochet est bien sûr un peu différent sur l’envers (pour le travail en aller-retours), mais le passage du crochet se fait toujours juste sous la tête de la maille.

Les mailles serrées relief (msRav et msRarr) « empilées »

On peut faire des mailles serrées relief dans des mailles serrés relief – j’appelle cela des mailles relief « empilées ».

J’ai vu ceci notamment sur un modèle d’amigurumi, pour représenter les côtes d’un bonnet.

La grille pour ce point pourrait se faire ainsi :

Pour les mailles serrées relief, je préfère utiliser le symbole + plutôt que x pour une meilleur lisibilité. Donc, pour le premier tour, vous alternez 1 msRav, 1 msRarr jusqu’à la fin du tour, en travaillant dans/autour des mailles serrées du tour précédent.

Au tour suivant, faire 1 msRav dans chaque msRav et 1 msRarr dans chaque msRarr.

Vous pouvez répéter ce tour 2 autant que vous voulez !

Et voici le résultat :

Cela biaise assez fortement vers la gauche, mais sinon, ça marche ! Même si j’avoue que les mailles serrées relief ne sont pas le point le plus confortable que j’ai crocheté. Il est indispensable de les travailler souplement, sinon c’est vite trop serré.

Les mailles serrées relief pour ajouter de la texture à un point

C’est pour le moment l’idée qui me parle le plus quand il s’agit des mailles serrées relief ! Ici je vais en parler pour un travail en aller-retours, mais c’est bien sûr aussi adaptable pour le travail en rond.

En faisant des msRav sur le rang « retour » (donc sur l’envers), autour de toutes ou certaines mailles du rang précédent, on fait basculer la tête de ces mailles vers l’endroit, ce qui crée une texture bien marquée.

Je vais donner l’exemple ici avec un point que j’ai trouvé dans le livre 99 crochet post stitches de Darla Sims. (Si vous cherchez le point dans le livre, sachez qu’il est photographié en uni, et sur l’envers … Aussi, il faut noter qu’il n’y a aucune grille dans ce livre. Malgré les photos pas géniales et des explications uniquement écrites, les livres de Darla Sims sont des mines pour les points !)

C’est une variation sur un point classique où des groupes de mailles serrées alternent avec des groupes de brides. Ici, je l’ai travaillé en deux couleurs.

Faire un multiple de 6 + 5 ml (2 m lisières comprises).
Le travail est tourné à la fin de chaque rang.

Rg 1 (avec la couleur A) : 2 ml (ne comptent pas pour une m), 1 br dans la 3ème ml à partir du crochet, 1 br dans chaque m jusqu’à la fin du rg.

Rg 2 : 1 ml (ne compte pas pour une m), 1 ms dans la première m, * 1 msRav dans chacune des 3 m suivantes, 1 br dans chacune des 3 m suivantes ; rép depuis * jusqu’à avoir 4 m à la fin du rg, 1 msRav dans chacune des 3 m suivantes, 1 ms dans la dernière m. Changer pour la couleur B dans la dernière m.

Rg 3 (avec la couleur B) : 2 ml (ne comptent pas pour une m), 1 br dans chaque m jusqu’à la fin du rg.

Rg 4 : 2 ml (ne comptent pas pour une m, 1 br dans chacune des 4 premières m, * 1 msRav dans chacune des 3 m suivantes, 1 br dans chacune des 3 m suivantes ; rép depuis * jusqu’à la dernière m, 1 br dans la dernière m. Changer pour la couleur A dans la dernière m.

Rg 5 (avec couleur A) : 2 ml (ne comptent pas pour une m), 1 br dans chaque m jusqu’à la fin du rg.

Répéter les rgs 2 à 5.

Lancez-vous dans l’expérience avec vos points préférés, même simples, pour voir ce que quelques mailles serrées relief peuvent apporter !

Comme toujours, n’hésitez pas à partager vos suggestions, avis et questions dans les commentaires ci-dessous !

À bientôt,

Mailles relief : principes de base – Tuto juillet/août 2020

Dans la série sur les différentes façons d’insérer son crochet pour créer des mailles différentes, le tour est venu aux mailles relief !

La maille relief est une maille crochetée non pas dans le dessus de la maille, mais autour du « corps » lui-même.

Dans cet échantillon de brides, pour faire une maille relief, nous allons donc insérer notre crochet soit comme ça :

soit comme ça :

À gauche, vu de dessus, à droite, vu de devant

On insère son crochet avant la maille (flèche A) on le ressort après la maille (flèche B). On travaille donc autour du corps de la maille.

Mais avant qu’on se lance, un moment de réflexion …

La maille qui sera faite autour du corps de la maille plutôt que dans le haut aura sa base située plus bas. Si on veut garder une ligne horizontale en haut de notre rang (et je pense que c’est mieux !), il faut donc faire une maille plus haute que les autres.

Par conséquent, dans cet échantillon à base de brides, je vais opter pour des doubles-brides pour les mailles relief.

Je prépare ma double bride normalement, avec 2 jetés, et je passe mon crochet autour du corps de la bride du rang précédent. Je l’insère de l’avant vers l’arrière, passe derrière la maille et ressors de l’arrière vers l’avant.

Je ramène mon fil, pour avoir 4 boucles sur mon crochet, et je termine ma double bride normalement.

La maille terminée est une double bride relief avant ou DbrRav. Je place un marqueur dans la maille pour la reconnaître facilement sur le rang suivant.

La maille relief avant est donc une maille relief faite en insérant son crochet de l’avant vers l’arrière, et en le ressortant de l’arrière vers l’avant.

Le symbole de la double bride relief avant (DbrRav) est une double bride avec un crochet à sa base – notez bien l’orientation de ce crochet !

J’ai fait en tout 4 DbrRav sur le rang, en insérant un marqueur dans chacune.

En retournant le travail, on peut tout de suite remarquer que les mailles relief se présentent d’une manière très différente sur l’envers.

En effet, la maille relief n’est pas réversible. Pour obtenir une maille relief avant d’un côté, il nous faut faire une maille relief arrière de l’autre.

Pour faire la double bride arrière ou DbrRarr, je passe mon crochet autour du corps de la bride du rang précédent. Je l’insère de l’arrière vers l’avant, passe devant la maille et ressors de l’avant vers l’arrière.

La maille relief arrière est plus facile à réaliser en basculant le travail vers soi.

Pas très spectaculaire vu de ce côté …

Mais sur l’endroit, cela fonctionne bien !

La maille relief arrière est donc une maille relief faite en insérant son crochet de l’arrière vers l’avant, et en le ressortant de l’avant vers l’arrière.

Le symbole de la double bride relief arrière (DbrRarr) est aussi une double bride avec un crochet à sa base – mais le crochet est cette fois-ci tourné dans l’autre sens.

Je ne vous cache pas que je trouve les grilles avec des mailles relief assez difficiles à lire, vu que les rangs se superposent. Pour des exemples de grilles et points avec mailles relief, je vous propose de vous référer à mon tuto de juin 2017.

Une application assez classique des mailles relief sont les torsades. J’en ai parlé dans mon tuto de juillet/août 2017 et dans celui de septembre 2017.

Mais il y a encore d’autres façons d’utiliser les mailles relief – je vous en parlerai la prochaine fois !

En attendant, voici les explications de ce tuto en vidéo :

À bientôt !

La demi-bride : des brins à ne pas confondre !

Dans notre exploration du travail sous un seul brin, nous arrivons à la dernière maille, la demi-bride.

Nous avons déjà vu la bride au mois d’avril et la maille serrée en mai.

Loin d’être un compromis entre les deux, la demi-bride mérite toute notre attention, pour deux raisons (selon moi).

D’abord, c’est peut-être la maille qui a le plus de potentiel pour ce type de travail. Pas trop haute, pas trop tassée, la demi-bride allie souplesse et sobriété quand elle est crochetée sous un seul brin.

Ensuite, parce c’est la maille la plus mal comprise pour le travail sous un seul brin, et pour laquelle je vois le plus de confusion et d’erreurs au sujet des différents brins qu’elle contient.

Mais ce n’est pas difficile de s’y retrouver, et on va voir tout de suite comment !

Voici un échantillon en demi-brides, crocheté en aller-retours. On va commencer un nouveau rang. Tout va bien, on voit super bien les deux brins de la maille ! Sauf que, non, ce ne sont pas ces brins-là.

Pour bien voir les deux brins du haut de la maille, ces deux brins dont on parle depuis plusieurs tutos déjà, il faut faire pivoter le travail vers vous pour voir le rang de dessus. Le brin arrière est en A, le brin avant est en B.

Pour insérer notre crochet sous le brin avant, il faut donc piquer sous le brin indiqué par la flèche, pas dans celui en-dessous.

Voici le début du rang en demi-brides sous le brin avant. On voit bien qu’au pied des mailles, il reste un brin bien visible sur la surface du travail. C’est « le troisième brin », qui en réalité est le résultat du jeté fait au début de la demi-bride.

Passons aux demi-brides sous le brin arrière. Il faut bien faire basculer le travail vers vous, comme expliqué plus haut, pour découvrir le brin arrière qui se cache derrière le travail.

Sur le rang entamé, on voit des V:s couchés sous les mailles qui viennent d’être faites. Ces V:s sont composés du brin avant, et en-dessous le troisième brin.

Mais ce troisième brin ne constitue pas seulement un élément décoratif – on peut bien sûr aussi y insérer son crochet !

Les mailles faites en piquant le crochet dans le troisième brin camouflent entièrement le haut des mailles – il n’y a aucun brin restant à la base du rang en cours.

Par contre, si on bascule notre travail vers nous, on voit bien au dos les têtes des mailles du rang en-dessous, tournées vers l’arrière.

Dans cette vidéo, je montre comment travailler dans les trois brins de la demi-bride, et je parle des différents résultats obtenus :

Comment utilisez vous les demi-brides sous un seul brin ? Trouvez-vous ces points utiles, intéressants ou totalement superflus ? N’hésitez pas à participer à la discussion dans les commentaires ci-dessous.

Ceci est le dernier tutoriel dans la mini-série sur le travail sous un seul brin. Mais il y a d’autres façons d’insérer son crochet pour obtenir encore des effets différents ! J’en dirai davantage dans le prochain tuto.

À bientôt !

Maille serrée : brin avant, brin arrière, et double couche ! – Tuto de mai 2020

Dans la série de tutos sur le travail sous un seul brin, le tour est venu à la maille serrée.

(Vous pouvez retrouver le tuto sur l’insertion du crochet par défaut en cliquant ici, et le tuto sur la bride en cliquant là.)

Commençons par la maille serrée sous le brin avant – l’abréviation que j’utilise dans mes explications est « ms brinav ».

Voici comment se présente le rang face au travail – pas très facile de distinguer les brins de chaque maille !

Je reprends une astuce bien approuvée et je bascule mon travail vers moi pour voir le dessus du rang.

Chaque dessus de maille se présente comme un V couché sur le côté. Le brin avant est le brin le plus proche de moi, donc le brin désigné par la flèche dans la photo.

J’insère donc mon crochet seulement sous ce brin avant, et je réalise ensuite ma maille serrée comme d’habitude.

Seule exception : la dernière maille de chaque rang, à crocheter sous les deux brins pour obtenir une lisière stable.

Voici le résultat ! On obtient une texture légère avec des traits horizontaux correspondant au brin laissé libre lorsque l’on travaille sur l’arrière.

Le point est nettement plus souple que les mailles serrées classiques, avec un joli tomber. Les mailles serrées sous le brin avant conviennent bien pour des châles ou des vêtements.

Maintenant, essayons le brin arrière ! L’abréviation que j’utilise dans mes explications est « ms brinarr ».

Voici le rang de face. Ici, comme dans la première photo ci-dessus, on peut noter que la dernière maille travaillée semble « décoller » du rang en étirant le brin dans lequel elle vient d’être crochetée. Ne vous inquiétez pas, cela est normal et dû au fait que cette maille reste « sous tension ». En continuant le rang, les choses vont rentrer dans l’ordre et toutes les mailles seront bien alignées.

En basculant de nouveau le travail vers moi, il est facile de repérer le brin arrière (indiqué par la flèche).

J’insère donc mon crochet sous ce seul brin arrière, pour ensuite terminer la maille serrée comme d’habitude.

Et voici mon échantillon terminé. Cette fois-ci, j’obtiens une texture très marquée, avec des barres horizontales en relief qui dominent la surface.

Le résultat est nettement plus épais qu’en piquant sous l’autre brin, et très élastique. Les mailles serrées sous le brin arrière conviennent bien pour des côtes ou autres situations où l’on recherche une bonne élasticité.

Les deux échantillons ont été faits avec le même fil, le même numéro de crochet et le même nombre de mailles et de rangs. Mettons les maintenant côte à côte :

En plus des différences détaillées plus haut, une autre saute aux yeux : l’échantillon en ms brinav est nettement plus haute que celui en ms brinarr.

En effet, le travail sous le brin avant donne des rangs plus hauts, tandis que le travail sous le brin arrière compacte le résultat en hauteur – un paramètre à garder en tête quand on souhaite combiner les deux points dans un même projet.

Cependant, à condition de tenir compte de cette différence, il est tout à fait possible d’utiliser les deux ensemble, par exemple dans un damier comme dans cet échantillon :

Si vous souhaitez voir le travail des mailles serrées sous un seul brin en vidéo, la voici :

Je voulais aussi vous parler d’une manière très spécifique de se servir des mailles serrées sous un seul brin. C’est la possibilité d’obtenir un travail en deux couches !

Voici comment procéder :

On commence comme pour un travail classique en mailles serrées. Ici, je souhaite faire un échantillon de 12 mailles de large. J’ai donc crocheté 13 ml, puis 1 ms dans la 2ème ml à partir du crochet et 1 ms dans chaque ml jusqu’à la fin du rg. Ne pas tourner.

Faire 1 ml. Faire pivoter le travail de 90 degrés. Maintenant je vais faire des mailles serrées en piquant mon crochet dans un brin de la maille serrée que je viens de faire, et dans le brin laissé libre au pied de cette même maille.

Je pique sous les deux brins.

Je ramène mon fil.

Je termine ma maille serrée normalement.

Après cette première maille vous pouvez trouver plus facile de faire pivoter le travail encore un peu pour continuer.

Les brins que vous recherchez sont situés l’un directement en face de l’autre – si vous hésitez, comptez les mailles et les brins de la chaînette depuis le début du rang, pour ne pas décaler.

Voici le rang terminé.

1 ml. Je vais maintenant piquer mon crochet sous le brin le plus à gauche de la maille serrée que je viens de faire, et sous le brin laissé libre des mailles du rang précédent.

C’est parti pour la première maille serrée dans ce nouveau rang. Et ainsi de suite ! Au début c’est très facile de se tromper au début et à la fin du rang, donc j’insiste : si besoin, comptez les brins pour ne pas décaler le travail, et comptez vos mailles en fin de rang.

En fin de travail, pour éviter de se retrouver avec une « barre » horizontale un peu en-dessous du bord supérieur, on « ferme » le tout en faisant un dernier rang en mailles coulées :

Il n’est pas utile de faire la ml en début du rang – vous pouvez passer le crochet directement dans les brins (comme pour les rangs précédents). Pour faire une maille coulée, vous ramenez simplement votre fil à travers toutes les boucles sur le crochet.

Voici l’aspect vu de dessus après cette finition.

Le résultat final est bien ferme, épais et dodu. À condition de choisir des fils en matières naturelles (laine ou coton), c’est aussi très isolant. C’est idéal pour des maniques ou même (avec un fil épais) des dessous de plat – ou pourquoi pas pour faire les côtés d’un panier bien rigide ?

C’est une technique avec des manipulations un peu particulières – voici une vidéo pour vous aider à comprendre :

Comme quoi, l’humble maille serrée a plus d’un tour dans son sac ! Avez-vous essayé les techniques expliquées dans ce tuto ? Ou avez-vous une autre technique avec des mailles serrées sous un seul brin à partager ? N’hésitez pas à réagir dans les commentaires ci-dessous !

À bientôt !

La bride : brin avant, brin arrière et brin bonus – Tuto d’avril 2020

Dans le tuto de mars, je vous ai expliqué où piquer son crochet par défaut, c’est-à-dire si rien de particulier n’est précisé dans les explications.

Maintenant on va s’écarter du mode « par défaut », et voir les effets particuliers qu’on pourra obtenir en insérant notre crochet autrement dans la maille du rang précédent.

Faisons-le maille par maille, et commençons par la bride !

Dans le dernier tuto, je vous ai montré comment identifier les deux brins de la maille en basculant le travail vers vous pour regarder le dessus du rang.

Le brin 1 est le brin avant et le brin 2 est le brin arrière.

Pour savoir quel brin est lequel, il faut toujours se baser sur sa position par rapport à vous-même. Le brin avant est le brin le plus près de vous, et le brin arrière est le brin le plus loin de vous.

On va voir ce qui change quand on insère le crochet sous un seul brin plutôt que sous les deux. Commençons par le brin avant !

Le crochet passe sous le premier brin et sort entre les deux brins, au milieu de la tête de la maille.

Voici ce que donne un échantillon en brides piquées sous le brin avant :

Par rapport au même travail en piquant sous les deux brins, le résultat est plus fluide et plus souple. Les « barres » horizontales (assez discrètes) sont les brins arrières laissés libres au rangs travaillés sur l’envers.

Je trouve que cette façon de travailler souligne l’élégance de la simple bride, pour un résultat tout en finesse.

La suite logique, c’est bien sûr le brin arrière.

Le crochet est piqué entre les deux brins et sous le deuxième. Il ressort à l’arrière.

Le changement ne semble pas si important, mais la différence est grande :

Ici, l’échantillon est très texturé, avec un effet d’épaisseur. C’est un point très élastique.

Je trouve la texture très présente vraiment intéressante. Pour bien l’utiliser il faudrait maîtriser l’élasticité, par exemple en utilisant un crochet plus petit. À mon avis, l’élasticité n’est tout de même pas suffisante pour remplir la fonction de côtes.

Les point sous le brin avant et le brin arrière sont des points classiques, que vous retrouverez dans de nombreux livres et explications.

J’ai voulu tester une autre façon d’insérer mon crochet dans la bride, beaucoup moins courante.

Ici, nous regardons notre échantillon de face, après l’avoir tourné pour commencer le nouveau rang. Le point indique l’endroit exact où nous insérons notre crochet d’habitude pour le piquer sous les deux brins de la maille. Je me suis intéressée au petit brin indiqué par la flèche, le brin seul qui « ferme » l’espace d’insertion du crochet par en-dessous.

Comme d’habitude, on ne l’utilise pas du tout, il n’as pas de nom. Je l’ai appelé « le brin bonus ».

Voici comment insérer votre crochet sous le brin bonus:

Le crochet passe de bas en haut sous ce brin, et ressort devant la tête de la maille.

Et voici le résultat :

Le fait de crocheter sous le brin bonus fait basculer la tête de la maille vers l’arrière, ou elle se retrouve sur la surface du travail. Le résultat est donc marqué par des barres horizontales bien marquées ressemblant à une chaînette en relief.

Ici, j’ai piqué sous le brin bonus sur chaque rang, ce qui donne un résultat réversible. Le travail est nettement compacté en hauteur. On peut aussi envisager de piquer sous le brin bonus uniquement sur les rangs sur l’envers, pour obtenir la texture uniquement sur l’endroit.

Cette façon de faire me donne envie de tester plein de choses ! D’ailleurs, j’ai utilisé mon échantillon pour explorer différentes manières de travailler les mailles lisières – c’est pour cela qu’il a une forme un peu trapèze.

Il y a d’autres façons d’obtenir cet effet de texture avec les têtes des mailles « posées » sur la surface, notamment avec le mailles relief, où l’on pique le crochet autour du corps de la maille. Toutefois, les mailles relief donnent un résultat beaucoup plus ferme que le travail sous le brin bonus. Un nouveau champs de possibilités s’ouvre donc …

Voici un résumé du travail sous un seul brin en vidéo :

J’espère vous avoir donné envie d’explorer le travail sous les différents brins, qu’ils soient classiques ou pas ! N’hésitez pas à partager vos suggestions ou vos expériences dans les commentaires ci-dessous.

À bientôt !

Où piquer mon crochet ? – Tuto de mars 2020

Avoir une seule boucle sur le crochet après chaque maille, et pouvoir piquer ce crochet n’importe où – voilà un pouvoir magique du crochet ! C’est ce qui permet des milliers de variations, des œuvres artistiques en 3D, une créativité à l’infini.

Toutefois, cette liberté est aussi source d’incertitude – si on ne me dit rien de spécifique, où est-ce que je suis censé insérer mon crochet dans une maille ?

La question se pose avec d’autant plus d’acuité que les mailles crochetées sont asymétriques !

Regardons une bride vue de l’endroit, c’est-à-dire comme elle se présente quand vous venez de la faire.

La barre verticale indique le corps de la bride que nous étudions.

La flèche indique le haut de cette même bride.

Et le cercle indique l’endroit précis où il faut piquer le crochet.

Vu de l’endroit, le haut de la bride est donc légèrement décalé vers la droite.

C’est ainsi que les mailles se présentent quand on travaille en rond, soit pour faire un tube, soit pour faire un motif.

Mais quand on travaille en aller-retours, on retourne son travail au bout de chaque rang, et les choses se présentent différemment.

Voici notre bride vu de dos, après avoir tourné.

Le corps de la bride est ici.

Le haut de la bride est là.

Le cercle indique l’endroit précis où l’on insère son crochet.

Le haut de la bride est donc cette fois-ci légèrement décalé vers la gauche.

Pour savoir exactement où piquer votre crochet, il faut donc d’abord savoir si vous avez l’endroit de la bride vers vous, comme quand on travaille en rond, ou l’envers de la bride vers vous, comme quand on travaille en aller-retours en tournant à la fin de chaque rang.

Maintenant, regardons les choses par le haut !

Si on regarde notre bride par-dessus, en basculant notre travail vers nous, le haut de la bride ressemble à un V couché sur le côté.

Les deux « bras » du V sont les deux brins du haut de la bride.

Par défaut (donc sauf si les explications nous disent autrement), on pique le crochet sous les deux brins, comme dans la photo.

Voilà les bases – si quelque chose n’est pas clair, n’hésitez pas à poser vos questions dans les commentaires ci-dessous.

Il est important de connaître ces bases pour pouvoir comprendre ce qui se passe quand on s’écarte du fonctionnement « par défaut » – et c’est ce que nous allons faire dans les tutos à venir !

À bientôt !

Les lisières sans ajout – Bulletin de février 2020

Dans la boutique

Beaucoup d’inspiration et beaucoup de nouveaux modèles ce mois-ci !

Pour commencer, un superbe châle au crochet – Blue Song d’EclatDuSoleil !

En effet, la fiche de Blue Song comprend deux versions d’un même modèle – le corps du châle est crocheté avec le même point dans les deux cas, mais la bordure et le placement des couleurs changent tout !

Retrouvez tous les détails a propos de Blue Song dans la boutique.

Blue Song se crochète avec un fil dentelle – n’hésitez pas à explorer les kits que je vous propose.

Au tricot, un petit modèle à tricoter tout de suite pour découvrir le tricot mosaïque : les mitaines Ondulation, créées par Kirsten Kapur.

À tricoter en rond, en faisant bien attention à la tension au niveau du point mosaïque.

Découvrez tout sur les mitaines Ondulation dans la boutique.

Pour tricoter ces mitaines, vous pourrez tester le tout nouveau fil Balayage !

Composé de 80 % de baby alpaga et 20 % de mérinos bio, ce fil est une merveille de douceur aux coloris subtils.

Retrouvez Balayage dans la boutique.

Et pour une injection de vitamines et de peps, je vous propose de tricoter des guêtres colorées !

La fiche, disponible seule à mini prix, vous êtes offerte avec l’achat simultané d’une pelote de Zauberball – c’est tout ce qu’il vous faut pour une paire !

En bref

Pour la Saint Valentin, je vous ai offert les explications d’une écharpe pour homme, crochetée il y a longtemps pour mon amoureux, appelée Love Scarf.

Pour tricoter les guêtres ou tout à fait autre chose, il y a un nouveau coloris de Zauberball 100, très réussi, appelé Sphinx.

À découvrir sur le blog aussi, le châle de Pascale, et le lien vers le bulletin qui l’a inspiré !

À venir

Stage d’une journée à Caluire (69) le 21 mars, sur le thème Crocheter mieux – il reste encore une ou deux places, n’hésitez pas à me contacter pour vous inscrire !

Du 4 au 5 avril à Lyon, je participe à la deuxième édition du Knit Eat, le festival de laine lyonnais !

Et du 15 au 18 avril, vous me trouverez au Biennale Internationale de l’Art Textile à Villefranche-sur-Saône (69) !

Les lisières sans ajout

Ce tutoriel est le dernier dans notre exploration des lisières au crochet (pour cette fois-ci).

Après les lisières avec mailles en l’air et les lisières avec de « fausses » mailles, je vous présente les lisières « sans ajout ». Je veux dire avec cette expression, que nous allons faire notre bride (qui est donc notre maille exemple), sans rien faire d’autre avant en début de rang.

Mais comment est-ce possible ?

C’est ce que je vais vous montrer !

Pour bien exécuter cette maille lisière, on a besoin de ses deux mains à travers tout le processus pour garder le fil sous tension. Je n’avais pas de troisième main pour tenir l’appareil photo – j’ai donc dû illustrer ce tuto avec des photos extraites de la vidéo que vous trouverez plus loin dans l’article. Voilà pourquoi elles ont un format un peu différent de mes photos habituelles.

Étirez la boucle sur le crochet à une hauteur à peu près équivalente à une bride. Maintenez le fil sous tension et fixez bien la boucle contre le crochet avec un doigt de votre main droite (j’utilise mon majeur).

Maintenant, on va réaliser le jeté de la bride avec le boucle qui est déjà sur le crochet. Tout en maintenant bien la boucle avec votre doigt, passez le crochet vers vous, par-dessus la boucle …

… puis en-dessous et vers le haut pour faire le jeté.

En gardant tout bien en place, insérez le crochet dans la première maille du rang pour chercher le fil derrière et le ramener (comme pour une bride classique).

On a 3 boucles sur le crochet. La boucle du milieu est un brin double, puisqu’on l’a créé en enroulant la boucle de départ autour du crochet.

Maintenant il va falloir écouler ces boucles deux par deux, comme pour une bride classique. N’hésitez pas à vous aider avec votre pouce gauche, comme dans la photo, pour tout maintenir en place jusqu’à ce que la maille soit terminée.

Voici cette bride lisière sans ajout terminée. Comme vous pouvez le voir, la tête de la maille (à la flèche) est plutôt lâche. Ne vous inquiétez pas, on va gérer cela à la fin du rang suivant.

Quand vous rencontrez cette maille à tête lâche à la fin du rang suivant, faites simplement attention à bien piquer votre crochet sous les deux brins. Finissez ensuite votre bride comme d’habitude.

Cette dernière maille du rang suivant stabilise la maille du début du rang et absorbe le surplus de fil apparent dans la tête de maille. La lisière est lisse et propre.

Et voici les explications en vidéo :

Cette dernière option pour les lisières est à mon avis la plus difficile à réaliser. Si vous débutez au crochet, je recommande de commencer par l’une des méthodes détaillées dans les newsletters précédentes.

Si vous testez la méthode, qu’en pensez-vous ? Si vous avez suivi cette mini série sur les lisières, quelle méthode avez-vous préféré ? Avez-vous appris des choses nouvelles ? N’hésitez pas à partager votre avis dans les commentaires ci-dessous !

À bientôt !

Les lisières avec de « fausses mailles », et un bonus – Bulletin de janvier 2020

Dans la boutique

Pour bien commencer l’année, venez à ma Guinguette !

Guinguette est un châle tricoté en forme de demi-lune. Le point texturé, assez simple, prend plus d’intérêt et d’éclat avec les rayures. La bordure se termine avec une farandole joyeuse de pompons dans les couleurs de la bordure.

Cliquez ici pour retrouver la fiche dans la boutique.

Guinguette se tricote avec mon mérinos fin, coloré et doux. Je vous propose 5 kits pour réaliser Guinguette – vous pouvez consulter la présentation détaillée des kits dans cet article de blog (clic).

En bref

Un bon réassort d’aiguilles Hiya Hiya (et aussi quelques accessoires) – c’est l’occasion de compléter votre collection d’aiguilles circulaires !

À venir

Je serai du 21 au 23 février l’invitée de la boutique Broderie Plaisir à Illkirch, juste au sud de Strasbourg. Je vous proposerai une vente de fils et explications le vendredi 21 et le samedi 22, ainsi qu’une journée d’inititation au point brioche le dimanche 23 février. N’hésitez pas à me contacter pour vous inscrire !

À Caluire, tout près de Lyon, je vous propose le samedi 21 mars une journée pour affiner vos techniques de crochet, que vous soyez quasi débutant, ou crocheteur/crocheteuse aguerri(e). Réunir des motifs, faire de jolies lisières, augmenter et diminuer, approfondir une technique mal comprise – c’est l’occasion de se faire une journée de crochet technique sur mesure ! Contactez-moi par mail pour tous les détails.

Vlog

Tuto du mois : lisières – la suite

Continuons notre exploration des lisières au crochet. J’avais prévu deux bulletins sur ce sujet, en final, ce sera trois !
Vous trouverez le premier en cliquant ici.

Le bonus !

On en apprend tout le temps – et en faisant des recherches pour la suite de cette série, je suis tombée sur une excellente idée pour améliorer une technique vue dans le bulletin de décembre !

C’est la formidable Tuula Maaria, qui a une chaîne YouTube qui fourmille d’idées sur le crochet et le tricot, qui m’a mise sur la piste.

Il s’agit d’un développement de la technique des « 2 ml qui ne comptent pas pour une maille ».

À gauche, la technique telle que je l’avais expliquée dans le dernier bulletin, et à droite, la technique peaufinée par Tuula Maria – qui donne des lisières très droites !

Voici comment procéder :

En début de rang, exactement comme avant : 2 ml qui ne comptent pas pour une maille, 1 br dans la première maille.

C’est à la fin du rg que cela change :

Dans cette dernière maille du rang, au lieu d’une bride classique, nous allons faire 2 brides rabattues ensemble.

Un petit rappel sur l’execution :

1 jeté, insérer le crochet dans la dernière m du rang, ramener le fil – on a 3 boucles sur le crochet.

1 jeté, écouler 2 boucles – on a 2 boucles sur le crochet.

1 jeté, insérer le crochet dans la même maille, ramener le fil – on a 4 boucles sur le crochet.

1 jeté, écouler 2 boucles – on a 3 boucles sur le crochet.

1 jeté, écouler les 3 boucles restantes – on a terminé les 2 brides rabattues ensemble.

Donc, en résumé : au début du rang, faire 2 ml + 1 br dans la première maille ; en fin de rang, faire 2 br rabattues ensemble dans la dernière maille.

Le résultat : des lisières très nettes !

Si vous préférez voir ceci en vidéo, la voici :

Les lisières avec de « fausses mailles »

Jusque là, nous avons évoqué des méthodes où le nouveau rang commence avec des mailles en l’air. Maintenant, nous allons aborder une autre façon de gérer les lisières, en créant une « fausse maille » en début du rang, qui ressemble à une bride.

J’ai répéré deux façons de faire ceci – regardons d’abord les deux méthodes, puis comparons le résultat.

1ère méthode : 1 ms + 1 ml

Au début du rang, faites directement (sans faire de ml) 1 ms dans la première m (elle est petite, mais elle y est dans la deuxième photo !)

Faites ensuite 1 ml (pour ajouter de la hauteur).

Continuez votre rang.

À la fin du rang, n’oubliez pas de faire votre dernière maille dans la ml du rang précédent (à la flèche).

2ème méthode : 2 ms empilées

Cette fois-ci encore, on commence directement avec 1 ms. Regardez bien votre maille pour répérer le brin vertical gauche du corps de la maille (à la flèche). C’est sous ce brin qu’on va insérer notre crochet pour faire une deuxième maille serrée.

Continuez votre rang.

À la fin de votre rang, faites votre dernière bride dans la deuxième ms « empilée » du rang précédent. Cette maille ressemble beaucoup aux brides, ce qui la rend facile à répérer.

Vous pouvez retrouver les deux méthodes dans cette vidéo :

Comparatif des deux méthodes

J’avoue avoir un faible pour la méthode des ms empilées, notamment parce que je trouve qu’elle facilite la fin du rang. La dernière maille est plus visible, et on risque donc moins de l’oublier et faire une diminution involontaire. Aussi, je trouve plus simple d’insérer mon crochet dans le haut d’une maille serrée que dans l’envers d’une maille en l’air. Vous pouvez bien sûr penser tout à fait différemment, il faut essayer pour vous faire votre propre opinion !

Pour ce bulletin, j’ai aussi voulu voir s’il y avait une différence dans l’aspect final.

Les 6 premiers rangs de cet échantillon ont été crochetés avec la 1ère méthode (1 ms + 1 ml), et les 6 derniers rangs avec la 2ème (2 ms empilées). Les lisières sont propres dans les deux cas, mais je trouve que les mailles serrées empilées donnent des lisières encore plus nettes !

Quelle méthode faut-il donc choisir ?

À mon avis, celle qui pour vous personnellement est le meilleur compromis entre la facilité d’exécution et l’aspect de la lisière. C’est parfaitement légitime de choisir une méthode qui n’est pas parfaite au niveau de l’aspect, si c’est celle avec laquelle vous vous sentez le plus à l’aise.

La prochaine fois, on verra encore une façon d’approcher le travail des lisières au crochet !

À bientôt !

annette