Annette Petavy Design – Bulletin avril 2012 – Travailler avec un écheveau unique (suite et fin)

Dans le dernier bulletin, j’ai expliqué comment j’ai commencé un projet avec un écheveau unique, filé à la main.

Jusqu’au moment où la première partie de l’histoire a pris fin, tout s’était passé plus ou moins comme prévu. Mais comme vous le savez, le crochet n’est pas toujours un long fleuve tranquille. Voici la deuxième partie de mon aventure.

Mon point se travaillant sur un nombre de mailles multiple de 4 + 1, j’ai commencé avec (7 x 4) + 1 = 29 mailles en l’air. Mon échantillon m’avait appris que la chaînette de démarrage était un peu serrée (mais pas suffisamment serrée pour ajouter 2 ml à chaque motif). J’ai donc choisi un crochet de 6 mm pour la chaînette de démarrage pour ensuite passer à un crochet de 5 mm pour le premier rang.

J’ai crocheté une longueur d’environ 10 cm, et j’ai commencé á avoir des doutes. Mon travail était large. Trop large. Il fallait vraiment que cela plisse beaucoup autour du cou – et comment cela allait-il se passer avec les boutons? Les boutons, ça ne plisse pas bien.

J’ai tenu la pièce crochetée contre mon cou. J’ai pensé à replier une partie, pas tout boutonner… et j’ai décidé que de toute façon c’était trop large. Il fallait enlever au moins 2 coquilles sur la largeur.

J’ai donc défait le travail (avec soin, pour ne pas abimer mon fil très souple) et j’ai recommencé avec (5 x 4 ) + 1 = 21 ml.

J’ai réalisé que le filage de Fabienne et la fibre en elle-même étaient vraiment de bonne qualité pour que ce fil mèche supporte à être travaillé et defait à répétition. Si je n’avais pas pu défaire et retravailler le fil, il ne m’aurait plus rien resté pour vraiment crocheter quelque chose.

Tout se passait à merveille, et j’ai crocheté un rectangle de la longueur necessaire (50 cm, comme estimé précédemment).

cowl

C’était un col parfaitement utilisable. Mais mon objectif était d’utiliser tout le fil (ou presque), et là, il m’en restait pas mal.

J’ai pensé à ajouter une bordure au col, peut-être surtout sur le bord inférieur. Mais il ne me restait pas assez de fil pour faire une bordure large. Une bordure étroite risquait d’avoir l’air ridicule. Et il y avait tellement de choses déjà dans ce col, avec le point et toutes les couleurs. Il fallait faire quelque chose de simple, pour laisser le fil s’exprimer pleinement.

J’ai commencé à jouer un peu avec mon morceau crocheté sur la table. Assez vite, j’ai trouvé une forme qui me plaisait.

swatch folded in diagonal

C’était un bon point de départ. Evidemment, si je voulais porter mon col-ou-je-ne-sais-quoi de cette manière, il fallait faire plus de rangs, et il me restait du fil. J’ai donc poursuivi mon travail.

Dans ma tête j’avais quelque chose comme ça:

idea

Mais au fur et à mesure de mon travail, j’ai réalisé que cette idée allait bien posée sur la table, mais plutôt mal lors de l’essayage. C’était facile d’aligner l’extrémité avec le côté à plat. Toutefois,  quand je l’enroulais autour de mon cou, je ne pouvait pas aligner les bords si je voulais que le col s’ajuste correctement.

Le corps humain n’est ni plat, ni composé de formes géométrique simples. Mon idée avait du potentiel, mais il fallait probablement travailler avec des rangs raccourcis ou des mailles avec des hauteurs différentes. Ce n’était pas une idée adapté à ce fil. Un modèle où je ne pouvais pas facilement visualiser la forme se devait d’être testé dans un fil lisse, solide et uni, facile à défaire à multiples reprises, où les techniques utilisées pour créer la forme étaient faciles à voir.

Donc, finalement, après tous ces calculs et tous ces redémarrages, j’ai fait une écharpe boutonnée archi-simple avec mon fil splendide. 

echarpe terminee

J’ai continué jusqu’à la fin de la pelote, je l’ai essayé et décidé où mettre le bouton. Pour la dernière fois, j’ai défait quelques rangs avec précaution, pour modifier une coquille au milieu pour que je puisse l’utiliser en tant que boutonnière. Puis, j’ai terminé l’écharpe, rentré les fils et cousu le bouton.

J’étais un peu deçue pendant à peu près trois minutes. Ensuite, j’ai compris que j’avais atteint mon but, qui était de mettre en valeur le fil (et non pas de faire un modèle complexe). Et en plus, j’avais une nouvelle idée à tester, pour un col qui se boutonnerait comme dans l’image « idée » ci-dessus et qui épouserait bien la forme du cou et du dessus des épaules.

Le résultat final n’est pas un « modèle », mais c’est une écharpe fonctionnelle, rigolote et jolie à porter. Et comme chaque fois que je fais quelque chose au crochet ou au tricot, cela a donné lieu à de nouvelles idées et reflexions.

Et vous? Qu’est-ce que vous voulez faire avec cet écheveau unique qui se cache dans votre stock?

A bientôt!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.